Léonce-Antoine Deprez acquiert l’Imprimerie Léonce Deprez


Franklin a conseillé la société Sprint dans le cadre de l’opération. CVA et In Extenso ont conseillé M. Léonce-Antoine Deprez. Osborne Clarke a conseillé l’imprimerie Léonce Deprez.

L’imprimerie Léonce Deprez, inaugurée en 1922, est un acteur incontournable de la chaîne des arts graphiques spécialisé dans l’impression de magazines, de catalogues, de brochures institutionnelles et de prospectus. Son parc est composé de rotatives, machines feuilles, de façonnage dos piqué et dos carré et de sa chaîne de mise sous film et routage personnalisé. En 2018, l’imprimerie Léonce Deprez a réalisé un chiffre d’affaires de 30 M€.

Par un jugement du Tribunal de commerce d’Arras du 26 juin 2019, l’imprimerie Léonce Deprez fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire. La société sœur, Brochage Routage des Hauts de France (BRHF) est également en procédure de redressement judiciaire par jugement du même Tribunal et de même date. Au cours de la période d’observation, un plan de restructuration a été mis en œuvre. En dépit de cette restructuration sociale, le niveau d’endettement des structures a conduit l’administrateur judiciaire à lancer un appel d’offres.

Le Groupe Sprint, créé en 2007, est composé de plus de 400 collaborateurs répartis sur plusieurs sites en France et a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de plus de 65 M€. Sprint se positionne comme l’interlocuteur privilégié des plus grandes sociétés françaises dans les projets de communication imprimée les plus variés et le premier consolidateur du marché français de l’imprimerie.

Le petit-fils du fondateur, Léonce-Antoine Deprez, s’est positionné à la reprise par voie de plan de cession judiciaire et a constitué une société composée d’un cadre de l’Imprimerie Léonce Deprez et de la société Sprint, partenaire industriel du projet de reprise avec qui les synergies sont importantes.

N’ayant pas la qualité de tiers au sens du Code de commerce, il a fait usage des dispositions de l’ordonnance n°2020-596 portant adaptation des règles relatives aux difficultés des entreprises et des exploitations agricoles aux conséquences de l’épidémie de covid-19 qui dispose, dans son article 7 que « lorsque la cession envisagée est en mesure d’assurer le maintien d’emplois, la requête (…) peut être formée par le débiteur ou l’administrateur judiciaire ».

Par jugement en date du 27 janvier 2021, le Tribunal de commerce d’Arras a retenu le projet de reprise présenté par Léonce-Antoine Deprez et la société Sprint permettant le maintien de l’imprimerie historique dans le paysage français de l’impression de magazines et de revues ainsi que le maintien de 53 salariés.

La société Sprint est conseillée par Franklin avec une équipe composée de Numa Rengot (Photo), avocat associé, et Pierre Dupuys, avocat collaborateur.

M. Léonce-Antoine Deprez est conseillé par Me Harold Vandamm (cabinet CVA) et M. Hubert Guerin (cabinet In Extenso).

L’imprimerie Léonce Deprez (en redressement judiciaire) est conseillée par Nassim Ghalimi (cabinet Osborne Clarke).

Involved fees earner: Harold Vandamme – CVA; Pierre Dupuys – Franklin; Numa Rengot – Franklin; Nassim Ghalimi – Osborne Clarke;

Law Firms: CVA; Franklin; Osborne Clarke;

Clients: Léonce Deprez; Léonce-Antoine Deprez; Sprint Groupe;

Avatar

Author: Ambrogio Visconti