De Pardieu Brocas Maffei: une stratégie internationale fondée sur l’indépendance

Thierry Brocas est l’un des fondateurs du cabinet. Il est spécialisé dans le domaine des fusions-acquisitions, des opérations boursières, des LBO, des restructurations et financements d’acquisition. Il conseille essentiellement des groupes français et internationaux dans le cadre d’acquisitions de sociétés cotées et non cotées.

Avocat au Barreau de Paris depuis 1971, il est titulaire d’un LL.M de Harvard Law School (1970), d’un DES de droit de l’Université de Paris (1968) et est diplômé de l’IEP de Paris (1967). Thierry Brocas a débuté sa carrière au sein du cabinet Gide Loyrette Nouel en qualité de collaborateur puis d’associé (coopté en 1980). Il a par la suite rejoint Charles-Henri de Pardieu pour fonder le cabinet en 1993.

Il est également co-auteur de divers articles dans ses domaines d’intervention, notamment : « D’Eurolist à Alternext: Réforme de la cotation en Bourse », Private Equity Magazine, n°4, avril 2005, p.14., “L’action de concert ou comment qualifier une action de concert dans une commandite“, JCP G n°6, “Le secteur immobilier à l’épreuve du contrôle des concentrations“, Concurrences n°2, “Enquêtes de concurrence et respect des libertés des sociétés”, Les Echos ; « Banque : un modèle unique de gouvernance » Les Echos, 24 Mars 2014.

Q: M. Brocas, comment décririez-vous le marché M & A français en 2014?

R: Début 2014, nous avons assisté à plusieurs grandes transactions et à une hausse de l’activité sur le marché du mid cap qui est, à mon avis, tout à fait saine et prometteuse pour la suite.

Q: Sur quels segments de marché, votre cabinet a-t-il été particulièrement impliqué?

Thierry Brocas
Thierry Brocas

A: Nous avons été conseil sur plusieurs grandes transactions dans le secteur du commerce de détail et de la distribution, notamment avec le groupe Carrefour. La grande distribution reste un des segments les plus actifs, d’autant qu’un certain nombre d’acteurs internationaux sont français.

Nous avons également été présents dans le secteur de l’assurance. Par exemple, nous avons travaillé aux côtés de CNP Assurances sur un projet stratégique.

Il faut aussi mentionner le secteur immobilier. Nombre de fonds d’investissement internationaux et de fonds de pensions sont intéressés par les opportunités sur ce secteur, en particulier dans la région parisienne. A cet égard, nous avons conseillé Gecina, Eurosic, Tishman Speyer, etc. pour certaines opérations majeures.

Q : Que diriez-vous du marché du private equity aujourd’hui en France ?

R: En France, les fonds de private equity ont été actifs dans le segment du mid cap. Plus particulièrement, un effort de diversification des portefeuilles d’investissement a été mené.  Et, en dépit des nouvelles dispositions fiscales  qui ont pu décourager certains investissements, la tendance générale me paraît plutôt positive.

Par exemple, cette année nous avons été impliqués dans des opérations menées par des fonds tels que Nixen Partners, 21 Centrale Partners, Five Arrows Mezzanine (Rothschild), EPF Partners.

Q: Y a-t-il un autre segment ou un autre secteur, qu’il vous paraît important de mentionner?

R: Le secteur de l’énergie mérite d’être mentionné.

Tout d’abord, les énergies renouvelables. Malgré la forte baisse des subventions, les projets photovoltaïques se sont globalement poursuivis. Les investisseurs se sont tournés également vers les parcs éoliens où il y a eu de belles opportunités en 2014.

D’autre part, le marché de la biomasse semble aussi être en croissante et reste très attrayant.

Q: Vous avez été très occupé!

R: Oui, nous avons également été actifs sur d’autres secteurs de l’économie française. Par exemple, nous avons conseillé Ramsay Health Care Ltd. et Crédit Agricole Assurances dans la prise de contrôle de Générale de Santé.
Q: Un mot sur la restructuration, qui est un domaine d’excellence pour votre cabinet.

R: En fait, nous sommes un cabinet leader dans ce domaine. Il s’agit d’un segment de marché particulièrement actif eu égard à la situation économique globale. Nous avons d’ailleurs promu un nouvel associé dans ce domaine d’activité, il s’agit de Johanna Gumpelson.


Q: Quelle croissance est attendue pour le cabinet dans les mois à venir?

R: La croissance du cabinet en 2014, nous a permis de réaliser, à la fois, la promotion interne de plusieurs associés ainsi que plusieurs recrutements latéraux.

Dans ce dernier cas, il s’agit toujours du recrutement d’un profil que nous jugeons comme étant parmi les meilleurs dans une expertise clé pour le cabinet. En fin de 2014, nous avons notamment été rejoint par un associé en M&A venant de chez White & Case. Nous avons également été rejoint par un associé de très grande réputation en droit du travail, Philippe Rozec, et par son équipe de cinq collaborateurs.
Nos équipes de collaborateurs évoluent également puisque nous venons de procéder à la nomination de six counsels dans les différents champs d’activité du cabinet.


Q: Dans ce contexte très positif, quelle stratégie de croissance avez-vous mis en place pour le cabinet ?

R: De Pardieu Brocas Maffei a été fondée en 1993 en s’appuyant sur des associés issus de firmes internationales et de cabinets français indépendants de grande renommée. L’idée d’origine était de créer une structure indépendante ayant la capacité de devenir l’un des leaders sur notre marché. Au fil des ans, nous avons fait de cette vision notre stratégie. La satisfaction du client est au cœur de notre développement et le restera, nous ne saurions pas fonctionner autrement…

Q: De Pardieu Brocas Maffei est un cabinet français traitant de dossier d’envergure internationale, comment êtes-vous organisés avec cet égard?

R: Au fil des ans, nos associés ont établi des relations stables avec des cabinets reconnus pour leurs compétences dans leur pays respectifs. Ce réseau fondé sur des relations non exclusives nous offre à la fois une grande liberté de choix et nous permet de conseiller au mieux nos clients, et de les accompagner sur des dossiers internationaux, et ce dans nos principaux secteurs d’activités.

Q: Et votre vision du marché européen d’ici à trois ans…

R: En fait, j’aimerais bien savoir ce qui va se passer! Quoi qu’il en soit, j’ai le sentiment que la course aux concentrations et aux fusions entre cabinets d’avocats a atteint son terme et devrait se ralentir. Je ne vois pas de nouveaux acteurs internationaux majeurs se développer en Europe. Fondamentalement, je pense que les cabinets indépendants de premier plan vont continuer à coexister avec les grandes firmes internationales, sans changement systémique à l’horizon.

 

De Pardieu Brocas Maffei

Fondé en 1993, De Pardieu Brocas Maffei AARPI figure parmi les cabinets d’avocats français indépendants de référence en droit des affaires et compte aujourd’hui plus de 120 avocats dont 31 associés, intervenant plus particulièrement dans les domaines suivants : Banque, Finance & Marchés de capitaux, Fusions-Acquisitions & Private Equity, Restructurations & Entreprises en difficulté, Immobilier & Opérations immobilières, Droit de la concurrence, Droit fiscal, Droit public, Droit social et Contentieux des affaires.

Cabinet français à caractère international, tant par la formation de ses équipes que par leur expérience des opérations transnationales, De Pardieu Brocas Maffei est le conseil de grands groupes français et étrangers.

De Pardieu Brocas Maffei
De Pardieu Brocas Maffei